Né quelques mois après Staline l’historien et journaliste Sergueï Melgounov socialiste russe modéré dénonce la politique de terreur instaurée dans le pays après la révolution d’Octobre Pour évoquer les horreurs de la guerre civile et du « communisme militaire » Melgounov ne s’en tient pas au terme «atroce» Il explicite le mot comme on défroisse une page pour en étaler l’insoutenable contenu La valeur de ses propos est d’autant plus précieuse qu’il fait parler les victimes et leurs bourreaux grâce notamment aux nombreux documents et récits qu’il a pu recueillir En ce sens son témoignage préfigure celui de Soljenitsyne sur le Goulag Contre Lénine contre Staline Melgounov et Soljenitsyne ont brandi la morale de l’homme face aux prétendues raisons de l’histoire et de l’État La Terreur rouge en Russie a été publié pour la première fois en décembre 1923 à Berlin après l’expulsion de son auteur d’URSS Sergueï Melgounov est mort en France à Champigny sur Marne en cette année 1956 où Moscou connaissait son premier printemps politiqueNé quelques mois après Staline l’historien et journaliste Sergueï Melgounov socialiste russe modéré dénonce la politique de terreur instaurée dans le pays après la révolution d’Octobre Pour évoquer les horreurs de la guerre civile et du « communisme militaire » Melgounov ne s’en tient pas au terme «atroce» Il explicite le mot comme on défroisse une page pour en étaler l’insoutenable contenu La valeur de ses propos est d’autant plus précieuse qu’il fait parler les victimes et leurs bourreaux grâce notamment aux nombreux documents et récits qu’il a pu recueillir En ce sens son témoignage préfigure celui de Soljenitsyne sur le Goulag Contre Lénine contre Staline Melgounov et Soljenitsyne ont brandi la morale de l’homme face aux prétendues raisons de l’histoire et de l’État La Terreur rouge en Russie a été publié pour la première fois en décembre 1923 à Berlin après l’expulsion de son auteur d’URSS Sergueï Melgounov est mort en France à Champigny sur Marne en cette année 1956 où Moscou connaissait son premier printemps politiqueNé quelques mois après Staline l’historien et journaliste Sergueï Melgounov socialiste russe modéré dénonce la politique de terreur instaurée dans le pays après la révolution d’Octobre Pour évoquer les horreurs de la guerre civile et du « communisme militaire » Melgounov ne s’en tient pas au terme «atroce» Il explicite le mot comme on défroisse une page pour en étaler l’insoutenable contenu La valeur de ses propos est d’autant plus précieuse qu’il fait parler les victimes et leurs bourreaux grâce notamment aux nombreux documents et récits qu’il a pu recueillir En ce sens son témoignage préfigure celui de Soljenitsyne sur le Goulag Contre Lénine contre Staline Melgounov et Soljenitsyne ont brandi la morale de l’homme face aux prétendues raisons de l’histoire et de l’État La Terreur rouge en Russie a été publié pour la première fois en décembre 1923 à Berlin après l’expulsion de son auteur d’URSS Sergueï Melgounov est mort en France à Champigny sur Marne en cette année 1956 où Moscou connaissait son premier printemps politique